Accueil  >  Espagnol  >  Actualité > Hernán Cortés, véritable auteur de la chronique de la Conquête ?

Rubrique En Espagne / Amérique Latine

Hernán Cortés, véritable auteur de la chronique de la Conquête ?

Le 25 mars 2013 - Jean-Olivier SAIZ

La parution du dernier ouvrage de Christian Duverger sur Hernán Cortés et la conquête de l’Amérique, crée la polémique en Espagne.

L’enquête

L’anthropologue Christian Duverger, spécialiste du Mexique et des Aztèques, affirme dans "Cortés et son double" que l’auteur de "L’Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne" n’est pas Bernal Díaz del Castillo, mais Cortés lui-même. Il l’aurait écrite entre 1543 et 1546, à Valladolid, dans un « trou biographique » marqué par sa disgrâce et la fin de sa vie...

En 1568, un ancien compagnon de Cortés, Bernal Díaz del Castillo, écrit "L’Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne", considérée encore aujourd’hui non seulement comme un document de première main, mais comme un authentique chef-d’œuvre littéraire, qui met en scène, sur fond de volcans mexicains, des conquistadores, des franciscains, des courtisans, des guerriers indigènes… Voilà la version officielle. Mais problème, on ne sait rien ou presque de ce Bernal Diaz del Castillo, soldat du rang devenu écrivain... Voilà qui a excité la curiosité de Christian Duverger, qui mène l’enquête, retrouve les archives de Cortés au Guatemala et en Espagne, croise et recoupe avant de découvrir... que ledit Diaz del Castillo était en réalité un soldat illettré ! Il n’est donc pas l’auteur de ce grand livre fourmillant de détails sur les expéditions de Cortés et, surtout, sur les luttes terribles qui opposèrent plus tard le capitaine général aux souverains espagnols. Peu à peu se dégage une contre-histoire de la conquête : Bernal Diaz n’est qu’un prête-nom, le véritable auteur de cette Histoire véridique n’est autre que... Cortés lui-même ! Cortés, dont les écrits furent brûlés des années auparavant sur ordre du roi d’Espagne, interdit d’écriture, destitué, déchu de ses titres, surveillé par l’Eglise et par la cour... Pour Christian Duverger, seul Cortés connaissait tout ce que Díaz del Castillo ne pouvait qu’ignorer. De là, son hypothèse d’attribuer au conquistador la rédaction de "L’Histoire véridique..." durant les années de sa retraite, à Valladolid, entre 1543 et sa mort en 1547. Ecrite en parallèle à la chronique officielle de López de Gómara (qui n’avait jamais traversé l’Atlantique), Cortés aurait ainsi écrit une autre histoire, plus authentique, fondée sur le témoignage direct de celui qui a vu et vaincu. Se dessine alors le portrait d’un homme qui comprit que l’Histoire ne se conquiert pas seulement à la pointe de l’épée mais aussi grâce à la plume...

Christian Duverger, spécialiste du monde méso-américain, historien et archéologue, est professeur à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Il est l’auteur de La Fleur létale (Seuil, 1979), de L’Origine des Aztèques (Seuil, 1983 et "Points Histoire", 2003), et d’une biographie de Cortés (Fayard, 2001) qui a fait date.

- Le livre du jour (audio sur France Info)

- Cortés et son double : Enquête sur une mystification (SEUIL)

Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! En Espagne, les réactions ne se font pas tarder. On ne touche pas impunément au mythe de la conquête espagnole...

La polémique

Guillermo Serés, chercheur à l’Université de Barcelone répond à l’ouvrage de Duverger par un article très virulent, publié dans le journal El País le 21 février dernier.

La comparaison entre les deux articles montre clairement la violence de la controverse. "Con esos errores en la base de su argumentación, bien poca fe cabe prestar a las otras especulaciones de Duverger." (Guillermo Serés) Ce à quoi Christian Duverger répond : “Decidí no enfocar mi mensaje para el mundo académico y sus polémicas sino para el gran público.” Par ailleurs, la publicité sensationnaliste faite par la maison d’édition Taurus laisse planer le doute sur le sérieux de cet ouvrage : “mezcla de investigación histórica y novela policiaca“. Enfin, le journal La Jornada à Mexico publie une interview de Duverger, à laquelle de nombreux internautes ont réagi, pas toujours avec bienveillance : "Buen truco publicitario para vender muchos ejemplares y hacer una fortuna." ou encore "Tras una década de investigación, expone inconsistencias e incongruencias sobre la identidad de Bernal Díaz del Castillo." Sans oublier ce commentaire assassin : "El planteamiento de Duverger sobre la "Historia verdadera" muestra la decadencia de una forma de escribir historia [...] y de la cual, algunos, como el mismo Duverger, se aprovechan para vender libros."

A l’origine de la polémique : El historiador y arqueólogo francés Christian Duverger echa por tierra todo un hito, considerado válido durante casi 400 años : el autor de la Historia verdadera de la conquista de la Nueva España no es Bernal Díaz del Castillo, sino el mismísimo conquistador, Hernán Cortés. (El País)
- Hernán Cortés, primer cronista de Indias

La réponse de Guillermo Serés : El autor refuta la tesis defendida por el historiador Christian Duverger en "Crónica de la eternidad" sobre la autoría de "Historia verdadera de la conquista de la Nueva España". Para el primero es Bernal Díaz del Castillo. Para el segundo, Hernán Cortés. (El País)
- El verdadero autor de ‘La historia verdadera’

Autre article sur le sujet : El lienzo de la Conquista