Accueil  >  Espagnol  >  Ressources  >  En ligne @_______  >  Culture > Un artiste, un tableau (XII)

Rubrique Peinture

Un artiste, un tableau (XII)

Le 2 juin 2016 - Jean-Olivier SAIZ

Aujourd’hui : "Un artiste mal luné". Où l’on apprend comment une fusée fit de l’ombre à Salvador Dalí.

-  Ci contre —> Photo de Patrice Habans : "Salvador Dalí sortant du sous-sol du subconscient, tenant en laisse un tamanoir romantique, l’animal qu’André Breton avait choisi comme ex-libris", (Paris-Match, n°1055, 26 juillet 1969, © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí / ADAGP, Paris, 2016)

À l’été 1969, Dalí prévoit un coup d’éclat. Pour le magazine Paris Match, il se fait photographier devant une entrée du métro parisien. L’excentrique artiste écrit ensuite lui-même la légende de l’image. Fidèle à son habitude, il parle de lui-même à la troisième personne : "Salvador Dalí sortant du sous-sol du subconscient tenant en laisse un tamanoir romantique". Tout un programme ! En cette année érotique, le peintre souhaite jouer avec des allusions sexuelles. Entre le long museau du tamanoir et le lait répandu au sol, l’image ne manque pas de symboles érotiques ! Il rappelle également ses recherches sur l’inconscient avec ses amis surréalistes.

Dalí en est certain, ce photoreportage fera grand bruit ! Le lieu n’est pas non plus choisi au hasard. L’artiste veut rappeler que c’est lui qui a remis à la mode Guimard, l’artiste Art nouveau qui a décoré plusieurs entrées du métro parisien. Mais, tandis que Salvador Dalí fait un petit pas hors de sa bouche de métro, Neil Armstrong, sur la Lune, fait un grand pas pour l’humanité. Une actualité autrement plus brûlante ! C’est donc une photo de la fusée américaine Apollo 11 qui vole la vedette à Dalí.

Il peut dire adieu à la couverture de ce numéro de juillet 1969… Qu’importe, l’artiste fera plus de bruit l’année suivante. Il est l’invité d’honneur d’une exposition autour de l’œuvre de celui qu’il admire tant, Guimard. Dalí s’arrête net devant la canne de Guimard exposée dans une vitrine et s’écrie : "Laissez-moi la manger !". Heureusement, l’organisateur de la manifestation ne laissa pas Dalí exaucer son souhait ! (source Artips, une dose d’art au quotidien)

- Couverture de Paris Match, numéro du mois de juillet 1969